Le rituel Nonaka

 

Autodiagnostic

Le Sens : Pour quoi faire ?

Ce rituel contribue au développement d’une équipe, en permettant la prise de hauteur sur ses pratiques, son fonctionnement, ses représentations et ses croyances.

En particulier, il est très utile pour intégrer des nouveaux dans l’équipe car il invite les membres à rendre explicite des présupposés et à mettre en lumière leurs habitudes.

Ce rituel crée un espace de dialogue fécond, il développe la connaissance et la conscience collective, et il permet un ajustement en douceur du fonctionnement de l’équipe.

Le processus : Comment on s’y prend ?

Il s’agit d’organiser un temps de partage régulier au sein de l’équipe, lors duquel chacun peut partager ses perceptions et idées sur un sujet donné.

Notre préférence est de consacrer un temps court (env. 15 min) au début de chaque réunion hebdomadaire, mais vous pouvez choisir un temps plus long moins fréquemment. L’important c’est que ce soit régulier pour maintenir la dynamique apprenante.

Il est utile de désigner une personne en charge de faciliter le processus (rôle facilitation) : choisir le sujet à l’avance, préparer le support de discussion, gérer la distribution de la parole.

Le déroulé du rituel Nonaka (*)

  • Préparation : En amont, le rôle facilitation choisit un sujet de discussion pertinent pour la croissance de l’équipe et prépare un support à partager : ça peut être une vidéo courte (3 ou 4 min) trouvée sur youtube ou un document court (1 diapo max) prise par exemple dans la méthode Co’effy pour des entreprises à Energie Positive.
  • Ouverture : Pour commencer, rappeler à l’équipe le sens (se caler sur notre façon de fonctionner ensemble petit à petit) et le déroulé de ce temps de travail (consigne ci-dessous)
  • Introduction du sujet de discussion : Le rôle facilitation diffuse la vidéo choisie ou lit le texte choisit pour amener le sujet de réflexion de manière structurée et claire.
  • Consigne : Le rôle facilitation demande à chaque membre de l’équipe d’exprimer ce qu’il perçoit et pense du fonctionnement de l’équipe au regard de la thématique présentée et l’évolution qui le motiverait.
  • Temps de palabre :
    • Ouverture: Le rôle facilitation ouvre le temps d’échange. Mode « parole au centre » : je prends la parole, je rends la parole.  Une seule personne parle à la fois, pas de conversations.
    • Respect de la règle: Le rôle facilitation peut utiliser un bâton de parole. Il exclut les conversations. 
    • Ordre: Si plusieurs personnes ont envie de prendre la parole pendant que quelqu’un parle, elles peuvent lever un doigt, le suivant deux doigts… Le rôle facilitation rappelle ce processus.
    • Débat : chacun peut parler plusieurs fois et réagir aussi à ce que d’autres ont dit. Le but n’est pas de se convaincre mais de découvrir la diversité de vécus. Si une décision doit être prise, c’est un autre temps.
  • Fin : Le rôle facilitation veille au respect du temps imparti pour ce rituel. Il informe quelques minutes avant la fin pour aider à gérer les prises de paroles. Quand c’est terminé, il remercie les participants.

(*) Mais au fait, qui est NONAKA ?
Ce processus s’appuie sur les travaux d’Ikujiro Nonaka, professeur émérite à l’Université Hitotsubashi, sur le développement de la connaissance au sein des organisations. Il a mis en évidence que pour diffuser la connaissance dans l’équipe, il faut prendre en compte toute la connaissance implicite et permettre aux personnes d’y réfléchir (conscientiser) et de la verbaliser (la rendre explicite à toute l’équipe).
Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Ikujiro_Nonaka .