L’intégration d’un nouvel associé

Nouveau partenaire, future associée : comment éviter les écueils ?

Co’effy grandit et embarque dans son aventure une nouvelle partenaire et probablement future associée : Yasmine Kraan

Découvrir de nouveaux talents et se projeter avec eux pour l’avenir de Co’effy est toujours enthousiasmant. Mais tout projet de mariage comporte une phase d’euphorie avant le retour à la réalité et aïe ça peut faire mal ! Alors pour éviter pansements et points de suture, nous avons longuement mûri un processus d’intégration censé éviter les désagréments. 

Étapes itératives, points de bilan, portes de sortie et intégration progressive dans nos réunions internes nous garantissent une période de cheminement mutuel très constructif entre le partenaire et les associés en place. Nous attendons qu’ils nous challengent, qu’ils impulsent du neuf, des remises en cause qui font progresser, un engagement progressif à faire de Co’effy leur propre boîte !

Ok, ce n’est pas toujours confortable pour les associés en place, car comme dans toute autre entreprise, cela confronte nos visions, ce que nous sommes prêts ou pas à lâcher, le pouvoir que nous acceptons de donner ou pas, la place que nous nous sommes construite, etc. 

Chez Co’effy nous ne sommes pas meilleurs que d’autres, les petites habitudes et le confort, on aime, mais l’envie de faire de Co’effy une entreprise différente prévaut et nous conduit aux évolutions nécessaires. Notre organisation, nos processus, nos rôles peuvent être remis en cause à tout moment par ces nouveaux arrivants (comme par quiconque de l’entreprise) : l’agilité est au rendez-vous, la confiance se construit, l’innovation essentielle en résulte !

Or, c’est justement ce à quoi les organisations et gouvernances « traditionnelles » ont du mal à accéder, car les craintes, peurs, fantasmes ou envie de conserver son pré gardé empêchent des associations fructueuses. Et si on questionnait Yasmine pour en savoir plus ?